Mes coups de cœur Japan expo 2018 – Part 01

Mes coups de cœur Japan expo 2018 – Part 01

Bonjour à tous

Comme convenu voici un second article sur la Japan expo 2018 qui s’est tenu début juillet dernier.

Dans cet article je vous parlerai de mes coups de cœur et découvertes de ce salon sur la partie amateurs. Cette partie du salon regroupe tous les dessinateurs amateurs, qui tiennent un stand pour présenter leurs créations (fanzines, manga auto-édités, illustrations, goodies etc…), dessiner des portraits à la demande, prendre des commissions (commandes de dessins) etc… Leur but est d’avoir le maximum de visibilité et se faire connaitre ainsi que leur travail.

Ils sont en général assez disponibles et ouvert à la discussion, il est donc très agréable d’échanger avec eux sur leur travail, ou de pouvoir obtenir des conseils.

Parmi les nombreuses allées que comportaient cette partie du salon, j’ai sélectionné pour vous quelques stands que je souhaite vous présenter. Cet article sera en 2 parties que je publierai séparément car sinon c’était un peu trop long. Commençons donc avec la première vague.

Lucio’s artwork :

Lucio est un dessinateur sorti d’une école de manga qui souhaite se lancer dans le monde professionnel et en particulier dans le manga. Sur son stand, il présentait à la fois des fanarts et des dessins originaux ainsi qu’un artbook réalisé en collaboration avec 2 confrères qui contenait des illustrations ainsi qu’une petite BD couleur très sympa dont voici quelques extraits ainsi que l’adresse du Ulule pour qui présentait le projet pour la Japan expo.

J’ai beaucoup apprécié discuté avec lui et je trouve que son dessin possède un trait particulier. Ces personnages sont très détaillés, fins, élancés me laissant un peu penser à du Eshiro Oda. Ci dessous quelques uns de mes préférés.

 

   

SI vous souhaitez en découvrir plus sur son travail voici les liens pour le suivre :

 

Facebook : @Lucio’s Artwork

Instagram : @Lucio’s Artwork

 

Giri-Giri :

Derrière ce nom se cache 2 jeunes femmes Youfy et Kya (leurs pseudos) pleines de talents qui tenaient un stand très girly, haut en couleurs.

Pour cette Japan, outre les dessins et autres petits goodies elles avaient préparé un artbook très original sur le thème des boissons/cocktails intitulé « Let’s drink ». Le concept c’était de personnifié différents grands classiques du monde des boissons. Voici quelques clichés de leur travail.

 

Encore une fois super accueil, très sympa, de très belles illustrations, je leur souhaite de réussir car elles ont du talent. En plus elles offraient réellement de la boisson sur leur stand.

Voici également les miens pour les suivre :

 

Instagram Giri Giri : @girigirizine

 

 

 

Twitter Youfy : @_youfyti

Instagram Youfy : @youfyti

 

 

Twitter Kya : @wonder_kya

Instagram Kya : @wonder_kya

 

Jenny Miki :

Il s’agit d’une jeune artiste que je suis depuis quelques temps et j’avais décidé de faire un tour sur son stand car ayant lu le début de son dernier manga, j’étais très emballé et je voulais savoir qui se cachait dérrière cette plume.

Sur son stand (qu’elle partageait avec 2 autres artistes, Kuralya et Frenchkizz que je souhaitais également rencontrer), elle vendait ses 2 premiers « One-shot » que je n’avais pas lu. J’ai discuté quelques minutes avec elle, et bien que je ne lui ai pas acheté je lui ai promis que je les lirai et lui ferai un retour via un article sur mon blog.

Voici donc mon avis sur ces 2 premiers mangas achevés :

Mechanical heart :

Synopsis :

« Hime est une androïde crée par un scientifique de génie. Celui-ci demande à sa création d’intégrer la société afin de devenir une humaine ordinaire. Pour ça, Hime va aller à l’université près de chez elle. Là bas elle fait la rencontre de Yoshino, ce qui ne va pas lui faciliter la tache ! En effet, il semblerait que Hime soit le portrait cracher de la petite amie du jeune homme; décédé lors d’un attentat terroriste. Prisonnier de son passer, Yoshino va faire tout son possible pour se rapprocher de Hime. Mais réussira t’elle à cacher sa véritable nature ? Sa vie en temps qu’humaine est en jeu ! »

Le fond semble intéressant, mais l’histoire n’est malheureusement pas assez développée, notamment la psychologie des personnages qui est le point clef de ce type d’histoire. Il aurait fallu également plus de rebondissements, ou d’action, un peu comme lorsqu’elle tombe dans l’eau ou qu’elle arrête le car à la manière d’Edward dans Twilight. Il y a de bonnes idées mais ce n’est pas assez palpitant pour me tenir en haleine. Gageons qu’il s’agit d’un shojo et que je ne suis peut être pas le meilleur public.

Dessins :

Moyen dans l’ensemble avec beaucoup de soucis d’anatomie et de perspective. Certains dessins sont parfois très bons et d’autres très moyens (ci dessous un très bon à gauche et un autres moins bons). Cela manque également un peu de détail et de noir, tout est assez pâle avec quelques nuances de gris.

La mise en page manque également un peu de dynamisme, mais l’ensemble reste lisible et compréhensible. Les angles de vue ne sont pas assez variés, il y a un peu trop de gros plans et de plan américains, mais peut être est ce lié au style shojo.

   

Conclusion : Un premier manga qui ne m’a pas convaincu que ce soit au niveau du dessin ou du scénario, mais qui comprend tout de même quelques bonnes idées. Par ailleurs ce premier essai à 3 ans si je ne dit pas de bêtises et c’est plutôt encourageant pour la suite.

Lintegrame :

Synopsis :

« Depuis toute petite, Chéolsa ne rêve que d’une chose : entrer dans la seule et unique école qui forme les futurs marionnettistes. Aujourd’hui jeune étudiante dans cet établissement, elle espère y retrouver Endje, son ami d’enfance. Malheureusement pour elle, tout ne va pas se passer comme prévu. »

Déjà je trouve que l’histoire est sympa, ça se passe dans une école de « magie », mais un peu spécifique, une école de marionnettistes. Personnellement je n’avais jamais lu ou vu de manga sur ce thème précis. Concernant le développement de cette histoire, il y a déjà une nette amélioration, les personnages principaux sont mieux traités et leur psychologie plus développée. En terme de rythme, c’est également plus dynamique, il se passe des choses, l’intrigue avance et on a envie de continuer pour savoir ce qui s’est passé avec Endje.

Après bien évidemment j’ai également des critiques à formuler. D’une manière générale, ça va un peu vite, j’aurai aimé que soit plus explicité le fonctionnement de l’école car il semble intéressant, mais on a pas vraiment de détails. Aussi beaucoup de personnages secondaire font office de figurants, ils ne sont pas du tout développés, je pense aux amis de Chelsoa par exemple dont je ne me souviens déjà plus les noms et c’est dommage. Enfin le plus gros reproche que je ferai, c’est : « Ou est la suite ????, » J’avais envie de voir ce qui allait se passer ensuite, j’espère que Jenny Miki prévois de continuer car réellement j’ai ressenti une frustration en voyant le mot « fin ». Ce qui reviens également à dire que j’ai apprécié ma lecture et c’est un bon point.

Dessins :

La encore il y a eu une nette amélioration, les personnage sont nettement mieux fait, les expressions, les drapés également, etc… D’une manière générale, le chara-design des personnages est plus recherché, on ressent bien la progression. Il reste encore des problème d’anatomie, surtout avec des angles de vue plus compliqué (plongée, contre-plongée), mais c’est très correcte.

De même les cases sont bien plus remplis, avec une meilleure utilisation du noir et des trames. A ce niveau d’ailleurs, je dirai qu’il y a une utilisation abusives des images fournis par son logiciel de dessin pour remplir les décors. Beaucoup trop d’éléments sont collés en fond pour remplir et pas toujours de façon judicieuse, j’aurai préféré plus de dessin à la main pour les décors et moins de copier/coller.

Mais bon c’est déjà plus agréable à regarder que le premier manga avec en bonus des pages tout en couleurs.

Au niveau de la composition, j’ai trouvé cela assez fluide avec des changement d’angles régulier et bien pensé, c’est assez fluide dans l’ensemble.

Les seules cases qui ne sont vraiment pas réussis ce sont les cases d’action ou de « bagarre », on ne ressent pas la violence du choc, la faute à un mouvement trop plat et un angle mal choisi. Je pense que c’est du à son inspiration « Shojo », il faudrait qu’elle s’inspire plus des scènes de baston des shonens.

Conclusion : Je vous invite à lire ce petit manga rapide est très sympathique et je souhaite voir un jour la suite.

While :

En avant propos,  je précise que c’est son dernier manga en cours de production et qu’il en est encore au début, au moment ou j’écris ces lignes le chapitre 2 est en cours. Il n’était donc pas présent sur son stand, mais c’est en le lisant sur internet que j’ai souhaité la rencontrer.

Synopsis :

« Mon père disait aussi, que tant qu’on vit, il y a de l’espoir. Mais alors si on vient à mourir… »

Bon ba là son synopsis est court, je vais donc devoir développer un peu.

L’histoire tourne donc autour de Luna 18 ans, qui suite à la mort de son père désespérée tente de se suicider en sautant d’un immeuble. Puis elle se relève en bas, on ne sait pas si elle est vivante ou non. Elle souhaite rentrer chez elle mais des phénomènes étranges interviennent.

Je ne vous en dit pas plus car pour l’instant je n’en sais pas d’avantage, mais on va suivre cette jeune femme qui semble airer dans un monde entre la vie et la mort.

On change radicalement de style et de thème avec ce 3ème manga, nous ne sommes plus dans une histoire d’amour type shojo, il s’agit plus d’une histoire d’horreur ce que j’apprécie tout particulièrement. Même si nous n’en sommes qu’au début, réellement j’ai envie d’en savoir plus, l’ambiance est pesante, angoissante, Jenny Miki à vraiment bien travailler ses 2 premiers chapitres en terme de narration et ça se ressent.

J’attends de voir la suite, mais je suis persuadé que ça va continuer de me passionner, cela me fait penser un peu à « Dédale » de Takamichi pour les connaisseurs.

Dessins :

Très gros progrès en terme de dessins et de mise en pages, tout est encore un cran au dessus de Lintegrame. Ça commence à devenir difficile de critiquer. Je peux chipoter un peux sur certains dessins dont l’anatomie est étrange, mais franchement le travail effectué au niveau de son personnage Luna, de ses expressions est très bon.

De même l’utilisation des trames comme je le précisai dans Lintegrame est nettement mieux gérer. Les décors sont détaillés avec une bonne utilisation des trames, pas trop, juste ce qu’il faut.

En terme de dynamisme, c’est également très bien.

   

Conclusion : Je ne suis pas professionnel ou éditeur, mais honnêtement ce manga n’aurait pas à rougir face à certaines productions actuelles, il y aurait à peine quelques retouches à faire. Je m’emballe certainement et j’attends d’en savoir plus sur l’histoire, mais entre son premier manga et ce dernier il n’y a pas photo. Allez y jeter un œil et donnez moi votre avis.

Pour information ce manga sera en publication bimensuel chez Saikyou Edition, dont j’ai décidé de vous parler un peu plus loin dans cet article. Peut être le début de la gloire ?

Voici donc qui est Jenny Miki et je vous invite fortement à la suivre via les liens ci dessous. Je lui souhaite bonne chance pour la suite, et j’espère pour elle que son 3ème manga aura le succès qu’il mérite.

 

Facebook : @Jennymiki.manga

Deviantart : https://www.deviantart.com/jennymiki

Ses manga sur Mangadraft : https://www.mangadraft.com/user/jennymiki

 

Pour le Facebook de Kuralya : @kuralya

 

 

Djiguito :

Il s’agit de quelqu’un dont j’avais déjà parlé à plusieurs reprises, je ne m’étendrai donc pas à son sujet car vous devez savoir à quel point j’apprécie son travail.

Il s’agit d’un dessinateur professionnel, son stand se trouvait cependant dans la partie amateurs. Il y présentait de nombreux dessins, fanarts avec son style très personnel que je trouve magnifique. Ci-dessous admirer quelques exemples.

    

Il y vendait également les 3 premiers tomes de sa BD en collaboration avec le Chef Otaku. Vous pouvez d’ailleurs retrouver mes critiques des 2 premiers tomes ci dessous :

Tome 1 : http://mesdessinsmanga.fr/2017/07/07/chronique-manga-dirty-cosmos-tome-01/

Tome 2 : http://mesdessinsmanga.fr/2017/09/15/chronique-manga-dirty-cosmos-tome-02/

Sachez également que je prépare évidemment la critique du tome 3 pour la rentrée.

Voici enfin tous les liens pour le suivre :

Blog : http://djiguito.canalblog.com/

Facebook : @Djiguito

Twitter : @Djigui

 

Kinary :

Je terminerai ce premier article avec un artiste très talentueux avec qui j’ai pu discuter sur le salon, il s’agit de Kinary, un membre de la team « Tsundereko doujin circle » qui compte notamment Vinhnyu un mangaka pro édité chez Glenat avec son manga 4Life.

Sur ce stand qu’il partageait avec d’autres membres de sa team il vendait son artbook que j’ai acheté et autant vous dire que le niveau de ses illustrations est juste énorme, jugez vous même avec les quelques clichés ci dessous.

Le seul reproche que je ferai est qu’il n’est pas assez fourni, mais toutes les illustrations sont très travaillées. Je lui souhaite de passer pro et de sortir également son manga comme son collègue Vinhnyu.

Je le remercie pour son accueil et pour sa dédicace ci dessous.

Voici également les liens pour le suivre :

 

Facebook Kinary : @Kinarysan

Twitter Kinary : @KInaryTwit

 

 

Facebook Tsundereko : @Tsundereko

Twitter Tsundereko : @Tsundereko_

 

Le lien regroupant tous les réseaux de Vinhnyu : tsundereko.com

Voilà, j’en ai terminé avec cette première partie de mes coups de cœur, je vous donne rdv dans 2 semaines pour la suite. D’ici là portez vous bien, et n’hésitez pas à commenter et partager l’article.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.